08 septembre 2015

Un an à tenir

travail_de_nuit_lmc

C'est ce que je me suis dit en sortant du travail après mes 2 dernières nuits.

Ces 2 nuits où j'ai passé mon temps à courrir, 11h avec pour seul arrêt un encas mangé sur le pouce entre 2 sonnettes et un thé bu froid forcément. 

La première nuit les patients ont sonné, sonné, sonné, je ne sais pas combien de fois mais ça n'a pas arrété, mes 15 min de pause ont été entrecoupées par environ 10 appels. ça ne s'est calmé que vers 4h du matin soit 8h après mon arrivée dans le service.

La deuxième nuit les quelques lits de libre se sont rempli, 5 urgences, 3 dossiers compliqués et 2 plus simples mais arrivés pendant mon dernier tour, celui où je ne peux pas avoir de souci sous peine d'être en retard aux transmissions (et à la maison au passage).

Et les transmissions... J'ai cru que je ne m'en sortirais jamais, après 22h de travail en 2 jours mon cerveau m'a laché, impossoble d'organiser ma pensée. Mes pauvres collègues ont du remettre en ordre les infos que je leur ai donné, j'espère n'avoir rien oublié.

Je bosse dans un des services les plus chargés, je suis seule avec mon aide soignante pour tout gérer et la charge de travail est énorme.

La réponse de ma chef quand je lui en parle est que je dois appeler les collègues des services moins chargés quand j'ai besoin, pas queston d'avoir une 2ème infimière la nuit. OK, et quand les collègues sont occupés? et quand se sont les sonnettes incessentes qui m'interrompent? 

J'aimerais comprendre pourquoi je suis seule la nuit alors que le matin il y a 3 infimières et l'aprèm 2.

Il y a le même nombre de patients la nuit que le jour, je ne gère pas la visite du médecin mais je prépare les médicaments. J'ai autant de surveillence de bloc que la journée, je refais les pansements ou repose une sonde urinaire quand il y a lieu, j'accueille les patients qui rentrent tard du bloc et ceux qui arrivent par les urgences comme la journée. 

Je veille sur tous, même s'ils dorment, je passe, je soulage la douleur, j'écoute les angoisses.

Je ne parviens pas a comprendre pourquoi on m'oblige a avoir une telle cadence. Elles sont belles les enquêtes qualités et les certifications si on laisse de côté la qualité de la prise en charge. Et oui, avec une telle charge de travail il y a forcément des choses de mises de côté, alors je passe, je surveille les constantes, le matériel, j'appelle le médecin s'il y a un problème mais le côté humain dans tout ça??? 

C'est trop pour moi, Je pourrais passer de jour c'est vrai mais ma vie de famille se résumerait a bien peu de chose. Je pourrais changer de service ou d'établissement mais où aller pour trouver des consitions de travail convenables quand les effectifs diminuent sans cesse?

Et puis j'aurais toujours cette pression, toutes ces vies entre les mains. On ne se rend pas compte quand on ne le vit pas mais l'erreur n'est pas admise dans mon métier, si je passe à côté de quelque chose les conséquences peuvent être très graves voire fatales pour mon patient. C'est difficile à vivre, surtout quand on doit se presser et qu'on a un grand nombre de personnes sous son aile. C'est déjà difficile de voir des gens mourir sous ses yeux sans y être pour quelque chose alors je n'imagine pas si c'était de ma faute.

Mon projet de reconversion est plus que d'actualité, nécessaire je dirais. Je travaille dessus, je révise, je vais bientôt remplir des dossiers d'insciption au concours, de CIF (congé individuel de formation) etc.

Il va falloir que je tienne un an si tout va bien, plus si je rate le concours et si mon CIF n'est pas accepté. Un an a courrir, a stresser, a faire des transmission de merde en m'excusant 10 fois avant de partir et me sentir nulle. J'espère qu'il y aura des nuits calmes, le plus souvent possible, celles où il y a peu de patients ou celles où tout se déroule bien malgré le service plein. ça m'aidera a tenir le coup et aussi a remonter mon moral, c'est quand même plus sympa de quitter le boulot sereine et de rentrer sans s'écrouler de fatigue.

C'est un article un peu grave, merci si tu m'as lu jusqu'au bout. Je me sens un peu plus légère d'avoir couché ça sur un page.

A bientôt pour des choses plus légères, avec mes loulous, c'est eux qui comptent, le reste n'est que secondaire.

 

 

 

 


05 mai 2013

70's


Cette fois je prends le clavier pour te parler musique. L'idée m'est venue hier en écoutant ça :

JOE COCKER - WITH A LITTLE HELP... (WOODSTOCK '69)

 

J'ai eu envie de te faire partager cette musique et tout ce qu'elle véhicule. Quand j'écoute ça j'oublie un peu ma vie de maman-working-girl-stressée-de-la vie-toujours-pressée et je me replonge dans l'essentiel.

J'aime la musique de cette époque, j'aime ces années hippie où la vie semblait si douce, les vêtements à fleurs et les pantalons pattes d'éléphant. Je crois que je me serais bien plu si j'avais eu 20 ans en 1970 mais je n'ai pas eu cette chance, j'ai connu les années 90 et j'ai eu 20 ans en 2007 (moins classe hein?).

Ouvre bien tes oreilles, ferme les yeux et plonge dans le bonheur

 

Posté par Mamagourou à 13:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 avril 2013

Je ne mangerai pas de ce pain

Un petit billet en réaction à la finale de Top Chef d'hier, pour te dire que je suis dégoutée de voir qui a gagné et de voir qui a perdu.

Je suis déçue cette année de voir que l'originalité et la cuisine de coeur ne paie pas, que le respect des produits, des gens et des "collègues" n'est pas prise en compte dans ce genre de concours.

J'ai les boules de voir que la personne qui a gagné a profité des autres et de leur gentillesse pour leur tirer dans les pattes après. C'est vrai quoi, la cuisine c'est une histoire d'équipe et de partage non?

Comment les chefs ont pu reprocher à un candidat lors d'une épreuve d'avoir laissé son co-équipier aller dans le mur et fermer les yeux devant des réflexions comme "j'ai une technique mais je ne te la dirais pas" ou les accusations de vol par une personne qui, il faut le rappeler, a elle même volé des produits la semaine précédente.

Bref comme beaucoup je trouve que la victoire de cette année ne revient pas à la bonne personne.

J'encourage donc celui qui pour moi est le vrai Top Chef, avec sa cuisine de terroire, sa générosité, sa bonne humeur. Celui qui a su garder la tête haute et ne pas entrer dans le côté obscure de la compétiton.

Bravo à toi, je te souhaite une belle réussite qui visiblement n'a pas attendu la fin de l'émission pour arriver. L'auberge familliale à encore un bel avenir devant elle et sera bientôt le terrain de jeux d'un autre petit garçon. La vie est belle, non?

53679_top_chef_2013_photo_de_groupe

 

 

 

 

Posté par Mamagourou à 11:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

16 mars 2013

La reprise pour de vrai

Ca fait presque un mois que j'ai retrouvé le chemin du boulot, mes collègues et mes patients. Un mois que je pars le soir en laissant mes loulous à leur papa pour les retrouver le lendemain matin chez la nounou. Un mois que quelques nuits par semaine mon homme dort seul (enfin avec sa fille) et me retrouve seulement le soir pour environ une heure.

Côté boulot ça va, j'ai un peu galéré pour retrouver mes petites habitudes, rentrer dans mes blouses, me réorganiser avec mes 30 patients et me faire aux changements qui étaient survenus pendant mes 8 mois d'absence mais c'est assez vite revenu. J'ai été contente de retrouver mes collègues et mes patients, ça me redonne un peu de vie sociale tout ça. Bon le service est toujours aussi chargé et je me serais bien passé du décès de la première nuit mais dans l'ensemble ça va.

Le plus dur c'est la fatigue, je bosse de nuit, ça implique de pouvoir se reposer la journée sauf que ma Paupiette n'est pas trop d'accord. Ba oui si je dors elle est chez Nounou la miss et si elle est chez Nounou elle n'a pas mon sein. Et là c'est le drame!! Paupiette étant une tétouilleuse de compét elle a bien évidement refusé tout ce qu'on a pu essayer pour la faire boire en mon absence (je vous en parlerai dans un autre article).

Je vais donc chez Nounou le matin après le boulot, rentre me coucher, me relève quand Nounou appelle, me rhabille, monte dans ma voiture, donne la tétée à ma puce, remonte dans ma voiture, me recouche, essaye de me rendormir jusqu'à l'heure du réveil. Ensuite je vais récupérer ma mini chez Nounou et après une tétée on file a l'école récupérer Grumo. Après c'est la soirée type d'une maman, gouter, douche, préparation des sacs de tout le monde, petit moment d'échange avec papa, repas, tétée (ba oui quand même) et retour au boulot. Heureusement je ne travaille que 2 nuits de suite en général et le week-end Papa'gourou m'apporte gentillement Paupiette dans mon lit pour les tétées. C'est dur mais on a pas le choix et puis ça rend la séparation moins longue.

La nuit Papa'gourou lui donne le bib quand elle se réveille, en général elle tétouille un peu en s'énervant puis se rendort (trop nul le bib, j'attends Maman!). Il gère plutôt bien du coup même si pour lui c'est aussi fatiguant avec le boulot. Heureusement que Grumo dort bien, au moins il n'y a que Paupiette qui le sort du lit.

Grumo gère bien mon retour au travail, ça ne lui change pas grand chose puisqu'il est a l'école. Papa est là le soir, il va chez Nounou le matin puis prend le bus pour aller à l'école où je vais je chercher tous les soirs. A la limite il préfère les matins où je travaille, il adore jouer avec ses copains chez Nounou et je cite : "le bus c'est trop bien". Sympa le Grumo avec sa mère hein?!

Il y a peut être un espoir pour qu'enfin je puisse dormir, hier Paupiette a bu un bib de 120 ml le midi avec Nounou qui a insisté un peu plus que d'habitude. Aujourd'hui elle n'en a pas voulu mais je trouve qu'il y a du mieux par rapport a avant où elle refusait en bloc. Peut- être le début de la capitulation lol.

Et au pire on commencera la diversification un peu plus tôt que prévu. Je vais essayer de tenir le plus longtemps possible mais je doute de pouvoir tenir 3 mois comme ça pour aller jusqu'à ses 6 mois. Paupiette ne sera sûrement pas contre un peu de nourriture solide, elle louche sur tout ce que je mange en ce moment.

Enfin voilà, le rythme est reprit. J'aurais quand même apprécié un petit congé parental histoire de profiter des enfants et moins galérer niveau alimentation de la demoiselle mais comme j'ai osé avoir ma fille avant d'avoir travailler les 8 trimestres réglementaires je le prendrai pour N°3.

Posté par Mamagourou à 23:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 février 2013

La reprise

Il y a quelques jours je discutais avec Nounou de l'arrivée prochaine de Paupiette chez elle et là le drame, la grosse claque, je me suis rendue compte que je reprenais le travail dans 3 semaines !!

Sur le coup ça a été à peu près, on a continué à discuter et j'ai tenu le coup tant bien que mal. Le plus dur a été quand j'ai été coucher ma Paupiette dans son lit, bien sûr elle s'était endormie dans mes bras comme d'habitude. Je me suis dit que Nounou, même si elle n'aime pas laisser pleurer les bébés, n'aurai pas le choix, elle n'aura pas le temps et assez de bras pour bercer Paupiette de longues minutes voire de longues heures pour l'endormir. Ba oui Nounou elle garde plusieurs enfants donc elle fait au mieux pour tout le monde mais c'est pas comme à la maison.

Ma toute petite fille va devoir apprendre à vivre sans moi et à se calmer et s'endormir seule. C'est plus fort que moi quand j'y pense je me met à pleurer, je ne suis vraiment pas prête à la laisser et il va falloir que je le fasse quand même.

Mais pourquoi reprendre le travail si vite? Et bien parce qu'en France (en général quand je commence comme ça je en suis pas loin de râler) le congé maternité est super bien calculé. Et oui, après 2 mois et demi de pur bonheur près de ton bébé on te l'arrache et on te recolle au boulot. C'est bien connu à 2 mois et demi un bébé est autonome, il n'a plus besoin de sa maman (je crois que je vais bientôt râler), d'ailleurs il ne boit plus au sein, il dort super bien la nuit et fait ses siestes sans souci et la maman a eu le loisir de se reposer et de se remettre de son accouchement avec ses superbes nuits de sommeil !! (ça y est je râle). A oui, il y a le congé parental dont tout le monde parle. Ba non, parce que quand tu te tape des études et que tu fais un bébé juste après tu ne peux pas y prétendre, tes trimestres d'avant sont trop loin. Conclusion : vous n'avez pas assez travaillé Madame Gourou donc AU TAF !!

Dans mon malheur j'ai quand même de la chance, mon employeur a accepté de me passer à 80% (sans complément CAF bien sur) et comme je fais des nuits de 11h je serai souvent à la maison.

Cette reprise, outre le fait de la séparation qui me déchire le coeur, va nous imposer certains aménagements.

Le principal concerne notre allaitement qui jusqu'ici nous comblait. Pour continuer à donner mon lait à Paupiette pendant mes absences je vais devoir retrouver ceux qui sont à la fois mes ennemis et mes alliés : le tire-lait et le biberon.

Je redoute le moment du bib, déjà parce que ça me répugne de lui mettre dans la bouche ce truc mais aussi parce que je sais que même avec un bib "relai allaitement" il y a des risques que ça mette en danger l'allaitement.

Le tire-lait j'en ai pas forcément un bon souvenir (un jour je vous raconterai) mais il est nécessaire pour faire des réserves dans mon congélateur et pour que je tire mon lait au travail.

On verra comment je m'organise avant la reprise et comment je vais faire pour trouver le temps de tirer au travail.

Ensuite Papa'gourou va devoir gérer les 2 loulous seul le soir et le week end, c'est pas gagné avec Paupiette qui pleure pas mal et ne fais pas ses nuits et Grumo qui n'est pas super sage en ce moment.

Il n'aura qu'une paire de bras et pas un seul sein pour lui sauver la vie. Ce qui m'inquiète un peu, je l'avoue, c'est sa surdité nocturne pour les pleurs. Il parait que quand je suis pas là il entend mieux mais je pense que par mesure de précaution je lui collerai le baby phone à l'oreille.

Plein de questions se posent : Et si Paupiette ne veut pas prendre le bib? Et si je n'arrive pas à tirer assez de lait? Et si Papa'gourou n'arrive pas à l'endormir sans le sein? Et si nounou n'arrive pas à gérer les pleurs? Et si avec mon cerveau de maman débordé je faisais des bétises au boulot? Et si ...

Bref, c'est pas le meilleur moment qui soit dans la vie d'une maman et je vais devoir le traverser. Heureusement il y a mon Grumo pour qui je ne m'inquiète pas, il ira chez Nounou et à l'école où j'irai le chercher chaque soir et il profitera de son Papa. Il a déjà connu le rythme de famille avec Maman active et s'en accommode très bien, ouf.

Je profite à fond de tous les moments qui s'offrent à moi en attendant car bientôt je risque de ressembler à ça :

Posté par Mamagourou à 22:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,